Saviez-vous que le vison est à la fois léger, chaud, souple et résistant, que le castor est une fourrure très chaude car il vit dans l’eau, et qu’un manteau de fourrure bien entretenu peut durer quarante ans ? Intarissable sur le sujet, François Hivon est un vrai spécialiste qui a l’amour de la fourrure dans le sang. Car il a de qui tenir ! 

Denis Hivon FourruresUn savoir transmis depuis 45 ans

Le grand-père de François, Georges-Émile, était tailleur, puis son père Denis, également tailleur, s’est spécialisé dans la fourrure, fondant Denis Hivon Fourrures en 1970. François y a tout appris du métier, utilisant la machine à coudre à dix ans et traçant des patrons à douze ans. Après avoir étudié et travaillé dans d’autres domaines « pour voir ailleurs », il se joignit à temps plein au commerce, à vingt et un ans. Quand Denis Hivon est décédé en 1995, François a tout naturellement repris le flambeau.

Manteaux et accessoires, pas seulement en fourrure

Denis Hivon Fourrures
Le commerce propose un grand choix, autant de manteaux en cuir, suède, laine et tissu qu’en fourrure. « Nous avons notamment des manteaux en laine de la compagnie canadienne Mallia et des manteaux Valanga, fabriqués au Québec, ainsi que beaucoup d’accessoires. » François réalise régulièrement des manteaux de fourrure sur mesure. « Ils ont tous une touche différente. J’adore cet aspect créatif de mon métier. Un manteau de fourrure est un investissement assez dispendieux mais bon pour plusieurs décennies avec des soins adéquats. Offrant chaleur et confort, il est le seul qui respire, qui peut se teindre et se recycler. Des normes gouvernementales strictes régissent l’élevage des animaux à fourrure. Et d’un point de vue écologique, la fourrure synthétique fabriquée à partir de pétrole est très dommageable pour l’environnement. »

Tous les services

Denis Hivon FourruresSeul spécialiste en fourrure de la région, le commerce offre des services de remodelage, réparation, nettoyage, cueillette et livraison à domicile, avec des comptoirs de cueillette à Cowansville et Knowlton, et d’entreposage dans une grande voûte avec température et humidité contrôlées. « Je suis épaulé par ma mère Lise, à la comptabilité, et quelques personnes dont deux tailleurs, au moins aussi bons que moi ! C’est une petite entreprise familiale. On prend vraiment le temps de bien conseiller les clients. » François souhaite élargir sa gamme de services et le rayonnement géographique du commerce. « J’adore mon travail, c’est un beau métier méconnu. Je ne suis pas prêt à prendre ma retraite. » On le croit sans aucun doute !