Joseph-Adélard Paquin serait fier de voir ce qu’est devenu le magasin qu’il a fondé il y a soixante ans, qui plus est toujours dans sa famille et, plus étonnant encore pour lui, dirigé de main de maître par deux femmes entrepreneurs !

 

Passer des produits pour animaux à un centre jardin

Issu d’une famille de commerçants et doté d’une grande force de caractère, Joseph-Adélard Paquin décida en 1955 d’acheter le Comptoir Richelieu à Sorel, où il emménagea avec son épouse Dina Cloutier et leurs enfants. Ce commerçant prospère de Yamaska, dont il fut aussi le maire, développa la vente des moulées pour animaux Purina, puis des produits d’horticulture, semences, engrais et arbres. Jean, le père de Sophie et Éloïse, a toujours travaillé avec son père, aidé de ses frères. En 1973, le commerce emménagea sur la rue du Collège, devenant un centre jardin complet. En parallèle, Joseph-Adélard développa la ferme familiale à Saint-Robert, produisant de la tourbe cultivée pour la vente. « On le prenait pour un original un peu farfelu, mais il était avant-gardiste ! », raconte Sophie en riant.

La deuxième génération, et une autre initiative pionnière : Botanix

Grâce à une gestion rigoureuse et à un travail acharné, Jean et sa femme Louisette Gélinas ont su à la fois franchir les difficiles années 1980-1990 et évoluer avec le temps pour assurer la transition entre le fondateur et ses petites-filles. Ils prirent aussi une décision majeure et innovatrice en fondant en 1982, avec trois autres centres jardins, la bannière Botanix, premier regroupement du genre au Canada. « Depuis, Botanix nous permet d’avoir de meilleurs prix et une publicité efficace. Et la famille Paquin s’est toujours impliquée dans le mouvement », précise Sophie.

La troisième génération : toujours faire mieux !

La troisième génération commença à reprendre le flambeau, en 1990 avec Marc-André, possédant un diplôme en horticulture ornementale, puis Sophie, détentrice d’un baccalauréat en administration, en 1995, et Éloïse, également diplômée en horticulture ornementale, en 1998. Épaulés par leurs parents qui demeurent de précieux conseillers, ils relevèrent le défi de la relève avec brio. En 2004, le grand magasin actuel fut construit, selon les principes de géothermie, pour y regrouper toutes les opérations. « Ce fut le grand projet de passation, le dernier pour nos parents, mais le premier pour nous », ajoute Éloïse. Celle-ci a la passion des plantes, Sophie de la décoration. Propriétaires depuis 2008, elles se complètent dans une belle synergie. « Notre credo : toujours faire mieux, offrir le meilleur service possible et que les employés comme les clients aient du plaisir ici. Nous choisissons chaque article, chaque plante nous-mêmes. » Quant à Marc-André, il choisit en 2004 de revenir à sa première passion, l’aménagement paysager, en lançant son entreprise qui est toujours prospère.

Le plus grand centre jardin de la région et une boutique ouverte à l’année

Dès les beaux jours, les clients affluent pour choisir parmi l’impressionnante sélection de végétaux d’extérieur et d’intérieur, de décorations et d’accessoires de jardin, outre les matériaux en vrac. Le vaste magasin abrite la superbe boutique déco, ouverte à l’année et débordant d’objets de décoration et d’idées-cadeaux, selon les saisons. Sophie et Éloïse ont également fait de la Ferme J.-A. Paquin une exploitation de grandes cultures certifiées biologiques, gérée par le conjoint d’Éloïse, Pascal Royer. « Nous sommes fières d’avoir un centre jardin complet et apportons des améliorations chaque année, toujours à l’affût de nouveaux produits et membres de IQDHO (1) qui nous donne des formations et de l’accompagnement. »

Soixante ans de dynamisme et d’évolution

« Avoir maintenu ce commerce de détail indépendant à travers les hauts et les bas pendant soixante ans, c’est bien sûr une source de fierté », affirment Sophie et Éloïse, en mesurant toute l’évolution. Le comptoir de moulée, semences et engrais est devenu une jardinerie et une boutique- cadeaux. Aujourd’hui toutes les opérations sont informatisées, avec les codes-barres, et guidées par une mission environnementale. « Tout le monde a su s’adapter aux changements, et nous avons toujours pu compter sur de bons employés. Ces piliers de l’entreprise ont permis d’assurer sa pérennité. Dans l’équipe, qui varie entre dix et cinquante selon la saison, certains ont quarante ans d’expérience, c’est précieux ! » La conciliation travail-famille est un autre défi que le fondateur n’avait pas à relever. « Nous y arrivons grâce à tous ceux qui nous entourent : l’équipe, nos conjoints et les grands-parents », affirment ces mamans de deux et trois enfants respectivement. Depuis quelques années, cette quatrième génération vient donner un coup de main. Les deux sœurs entrevoient l’avenir avec confiance. Le grand défi des prochaines
années ? Le commerce en ligne. « Nous songeons à créer une boutique en ligne, nous serions pionnières dans notre domaine. » Voilà bien les dignes petites-filles de Joseph-Adélard Paquin !

 

(1) – L’Institut québécois du développement de l’horticulture ornementale